Archives pour la catégorie Connaissance de soi

L’art du questionnement ou l’art d’être Libre

Certaines périodes de la vie nous poussent à nous questionner et nous ressentons qu’il est vital d’aller en nous pour trouver des réponses. Mais comment faire, par où commencer ?

Écouter son cœur

Il est important de ne pas se mettre de dogme et d’écouter ce qui nous motive : nos appels de cœur. C’est une grande clé pour que la joie accompagne la démarche intérieure. Travailler sur soi, c’est pas obligé d’être un truc sérieux et austère !

Mais, si l’on y pense (c’est le cas de le dire hihi) on se rend bien compte que tout part de la pensée. C’est elle qui élève tout : notre conscience, notre lien à notre être, notre cœur, notre âme.

Elle élève, éclaire, libère et ouvre le cœur… Elle peut tout ! Sans elle, rien n’est possible !

Au niveau de notre corps physique nous voyons bien que la tête est au sommet du corps ! Pour arriver à un sommet, il faut viser le sommet en ayant des buts… pensés ! Or lorsque l’on ne fait aucune démarche de maitrise de sa pensées, nos pensées ou plutôt « mental » partent dans tous les sens. Il passe d’une chose à l’autre et est attiré par toutes les sollicitations du monde extérieur (surtout les écrans !). Un mental non maitrisé est en fait au prises avec notre nature égoïste et est davantage enclin à la critique des autres, a voir le négatif, à l’inauthenticité, l’hypocrisie. Le livre d’Eckart Tollé « Le pouvoir du moment présent », décris avec une grande justesse ce processus du mental négatif. Cela donne vraiment envie de se maitriser un peu plus !

Choix et liberté

Commencer une démarche intérieure pour devenir meilleur, demande beaucoup de courage pour sortir du troupeau, car dans le monde d’aujourd’hui personne ne nous le demande. Au contraire ! Critiquer, déverser sa colère, râler tout le temps et être inauthentique… est un comportement considéré comme normal !

Nous avons tous le choix. Ce que l’on fait de nos pensées nous appartient. Nous sommes libres de les laisser aller à la critique, la bassesse, la dispersion, l’influencabilité ou bien de la maitriser, la rendre libre, discernante, concentrée, ouverte au positif (sans naïveté)…

L’usage que l’on fait de sa pensée repose sur un choix libre !

En effet, personne ne peut vous obliger à penser réellement (non intellectuellement). On peut par contre vous inciter à ne pas vous prendre la tête, ne pas trop penser, ou à zapper sur des doudous technologiques… Et pourquoi ? … Je vous laisse réfléchir 🙂

Nous avons tous le choix et tout choix implique de réfléchir sur les conséquences qu’ils impliquent : « qu’est-ce que ce choix implique-t-il dans ma vie ? Dans la vie des êtres qui m’entourent ? Sommes-nous interdépendants ? Comment mes choix  influent sur le monde qui m’entoure ? Comment mes choix déterminent le futur ? Mon futur et celui de l’humanité ? »… arg, oui la liberté est souvent associée avec la responsabilité !

A ce stade de questionnement, c’est l’aventure qui commence !

Elle commence, car le questionnement est le signe que quelque chose se réveille en soi : une étincelle, de la vie, l’esprit…. peu importe comment on appelle cela ! Se questionner est un art passionnant et qui peut réveiller de nombreuses forces en soi, des forces volontaires, des impulsions, des idées, des belles pensées (ce n’est plus le mental à ce stade), des ressentis d’ouverture du cœur et des valeurs qui nous enflamment. C’est essentiel !

Le questionnement en sophrologie

En sophrologie, l’art du questionnement est pratiqué lors de certaines séances spécialement conçues pour cela : « la rencontre avec l’animal fétiche » ou « rencontre avec le vieux sage ». Le 2e cycle de sophrologie, qui s’appelle le cycle radical, à pour essence ce questionnement : la question radicale. A la fin de chaque techniques, nous posons une question profonde, existentielle à l’intérieur de soi, sans forcément attendre de réponses tout de suite. Une question radicale est une question qui va à l’essence des choses et  le fait de se la poser sincèrement au plus profond de soi, mobilise l’essence intérieure de l’être… et le transforme. Un jour une réponse peut venir, mais ce n’est pas l’important.

En résumé

L’art du questionnement est essentiel dans la démarche intérieure. Elle permet de passer du mental, à la pensée. La maitrise de ses pensées permet de faire des choix avec davantage de maturité et conscience. Et ce seront ces choix qui déterminerons la qualité de nos actions et de nos comportements avec les autres humains.

Ce n’est pas anodin car nous vivons à une époque ou les actions humaines sont remises en question quand à leur capacités destructrices de l’environnement humain et de la nature ou créatrices d’un futur viable pour tous (humain, animaux, nature).

Gandhi ne disait-il pas : « Soit le changement que tu désir voir dans le monde »

Très belle phrase à méditer, qui peut donner un sens à ses efforts de pensées et d’amélioration de soi !

Elisa Commarmond – sophrologue & ostéopathe

Travail sur soi et corps subtils

Pourquoi travailler sur soi ?

Tout comme nous prenons soin de notre corps physique en faisant du sport, en ayant une bonne alimentation etc… la pratique intérieure comme la sophrologie ou la méditation permet de prendre soin de notre esprit et de toutes les parties de notre être qui lui sont inter-reliées.

Si nous nous intéressons à la constitution subtile de l’être humain et ses différents corps (de vitalité, de sentiments et de pensées), nous allons par notre travail intérieur les « purifier » et élever notre niveau d’énergie. Notre santé globale et notre qualité de vie relationnelle et sociale n’en sera que meilleure.

En effet, ce jeu du travail sur soi permet d’expanser notre conscience dans tous les secteurs de notre vie ! Nous devenons de plus en plus maitres de notre vie, créateurs et responsables, car c’est là que nous commençons à effectuer de vrais choix conscients.

C’est aussi une joie de sentir que ce que nous vivons de beau en méditation, peut se manifester à l’extérieur :

  • dans l’amélioration de son habitat, de son environnement énergétique, maitrise des ondes, protections électromagnétiques, plus de lien à la terre (ancrage)… pour le soin de sa vitalité (pole volontaire, membres).
  • dans l’amélioration de ses relations, son couple, de son écoute, de son ouverture aux autres… pour le soin de son corps de sentiments (pole cœur, thorax).
  • dans l’amélioration de ses pensées bienveillantes, de son état d’esprit positif, de son intérêt pour ce qui nous dépasse… pour le soin de son corps de pensées (pole tête).
  • dans l’alignement entre nos valeurs intérieures et nos actions extérieures (travail, activités associatives, voyages) pour le soin de son Être (le Soi, l’individualité, globalité ou union des 3 pôles).

Le travail sur soi ou la méditation devient alors un acte concret de transformation. Pas besoin de blabla pour parler de travail sur soi ou de ses supers méditations !

Si l’on est sincère dans sa démarche, pas besoin de blabla car notre épanouissement se voit !!

Les fruits peuvent bien sûr être différents pour chacun. Globalement nous pouvons être sur que cela génère un sentiment de dignité humaine, c’est à dire d’alignement entre tous les pôles de notre être. Je me sens digne car j’agis, j’exprime, je manifeste ce que je ressens et pense profondément dans mon cœur… Ces beaux sentiments et pensées sont plus perceptibles en méditation, lors d’une lecture calme ou lors d’une marche méditative en nature. Chacun peut trouver son activité ressource idéale. Elle peut aussi changer selon les périodes de vie et les saisons.

Par quel sujet de travail commencer ?

Le travail commence bien souvent par la construction consciente de son individualité, nous cherchons à mieux nous connaitre, à nous définir, à trouver notre but de vie (surtout jusqu’à l’age de 35 ans). Mais arrive un moment ou notre quête individuelle passe à autre chose.  En effet, plus nous nous construisons de l’intérieur, plus nous nous renforçons et plus notre intérêt pour les autres grandi. Plus nous avançons et moins nous cherchons notre bien-être personnel (surtout après 40 ans… normalement !). Notre intérêt pour les autres êtres qui nous entourent grandi : amis, associations, nature, animaux et pourquoi pas l’humanité. Nous avons envie de donner, de nous impliquer ! Notre évolution peut aussi s’exprimer extérieurement, en prenant sa place dans le monde de manière plus authentique.

Ce processus est une constante universelle concernant l’évolution de l’esprit humain. Nous pouvons aussi appeler cela : une sagesse.

J’espère que ces quelques lignes vous donnerons envie d’approfondir la démarche dans laquelle vous aurez choisi de vous engager.

Elisa Commarmond – sophrologue & ostéopathe

Conseil de lecture : si vous voulez acquérir des connaissances sur les corps subtils je vous conseille le livre Les Mystères de la Nature Humaine de Pierre Lassalle aux éditions Terre de Lumière. J’apprécie beaucoup cet ouvrage car l’auteur – qui est un expert et maitre dans le domaine du travail intérieur et méditatif – définit bien les différences entre les corps (énergétiques), la conscience, l’esprit et l’Âme.

MNH-720x300-1

Description de l’éditeur :  » Découvrez un « tableau complet » de la constitution humaine. Quels sont les différents corps (physique, éthérique, astral, mental… ) et comment interagissent-ils ? Comment fonctionnent les chakras et leurs rôles ? Quelles sont les différents types d’énergies bénéfiques ou nocives pour l’homme ? Pourquoi l’individualité humaine se confronte-t-elle à l’ego ? Quels sont les différents niveaux de la psyché et du développement de l’esprit ? Quel est le but ultime de notre évolution ?… Un ouvrage qui permet d’appréhender les ressources infinies de notre être. »

 

Action & confiance en soi

L’autre clé que nous aborderons afin de cultiver la confiance en soi, est la notion d’actions et d’expériences. Comme nous l’évoquions dans les articles précédents, avoir peu de confiance en soi peut venir d’un manque d’expérience. Du coup le remède simple à mettre en place est : l’action ! Mais chacun à son tempérament face à l’action. Faire un bilan par rapport à sa manière d’agir peut être une clé très concrète et précise de connaissance de soi. Cela à une grande valeur dans notre vie si nous pensons comme Maximus dans Gladiator que :

« Nos actes résonnent dans l’éternité »

Dépasser sa peur d’agir

Si l’on manque de confiance et que l’on a peur à l’idée d’agir, c’est normal ! Le fait de dépasser notre peur en nous donnant des auto-défis, nous rendra plus confiant. Nous l’auront mérité notre confiance en nous et cela fera de nous un être plus fort qui aura encore envie de se dépasser pour donner le meilleur de lui.

La vrai confiance en soi nous rends rayonnant et à l’aise avec les autres et même en public… mais ce ne sera pas de l’orgueil. C’est très différent d’une personne imbue d’elle-même et centrée sur elle. Il est vraiment inutile et illusoire de vouloir ressembler à une telle personne. Ou celui qui le veut, c’est votre masque, pas votre Moi véritable.

La vraie confiance est une valeur morale, un monde qui obéit aux lois de l’amour… et non de l’égoïsme.

Manque de confiance ou manque d’action ?

Nous pouvons rencontrer un autre cas de figure, qui est celle de la personne qui n’a pas confiance en elle, mais qui n’agit pas, ou peu. C’est dommage, car en n’agissant pas cet individu, de type plutôt « tête »- intellectuelle ou « trèeees spirituelle », s’empêche de construire l’expérience de confiance ! Et elle est souvent malheureuse car ce qu’elle pense comme idéal, reste bien souvent non-manifesté. Et des belles idées qui restent dans la tête et qui ne sont pas agis, ne traversent pas l’être et n’est pas vécu.

Ce manque de vécu peut créer un grand vide existentiel.

Le remède est simple : agir notre saine intention, même si c’est un petit pas ! Il est important d’avancer sur notre chemin, car si l’on reste trop longtemps dans l’inertie nous allons perdre le feu de notre intention. Il faudra tout recommencer ! Il peut être intéressant de se demander pourquoi l’on n’agit pas dans le sens de nos rêves :

  • est-ce que vous jugez les actions qui sont à votre portée trop petites ?
  • Voulez-vous arriver trop vite au but ?
  • Vos motivations sont-elles assez claires ?
  • Avez-vous sur ou sous-estimé vos compétences ?
  • Voyez-vous assez grand ? Avez-vous un idéal qui vous dépasse suffisamment pour dépasser vos petites limites personnelles ?

Manque de confiance et excès d’action

Mais les gens qui agissent beaucoup font-ils partis pour autant du monde de la confiance ? Pas sûr ! Un individu peut être, très actif et être méfiant et insécurisé (stressé). N’est-ce pas le mode de vie de la majorité de l’être humain contemporain (surtout chez l’homme) ! Dans ce type de cas, le manque de confiance peut alors venir d’un vide intérieur. Il agit, agit, n’arrête pas pour fuir ce vide. Le vide de quoi ? Le vide de Soi par manque de connaissance profonde de soi, au-delà des rôles extérieurs, le manque de questionnement sur le sens de sa vie et ses valeurs.

La solution simple dans ce cas-là est une quête de clarification de ses motivations réelles et profondes à agir. Le fait de redonner du sens à ses actions, pourra lui donner un sentiment de paix intérieure et de sécurité car il sera non plus vide de lui-même mais plein de ses valeurs existentielles. Et ça change tout ! Ses comportements relationnels pourrons aussi changer : plus d’écoute, moins d’agressivité, moins de prise de pouvoir, plus à l’écoute de son rythme et celui des autres.

Faire la transition demandera des efforts et de l’humilité. Il n’aura pas besoin de feu d’action, mais d’une énergie plutôt « eau et terre » pour apaiser son feu excessif. Ce qui pourrait l’aider grandement serait de se reconnecter à la terre, aller en nature (voir mon article sur la Nature). Il pourrait faire le point et réfléchir en marchant en nature. C’est un actif, donc espérer se transformer en restant immobile sur un coussin de méditation ne sera pas trop sont truc. La marche méditative serait idéale !

En quête d’équilibre

Quel que soit notre profil d’action l’important est de trouver un juste équilibre entre le fait d’agir concrètement et le fait de méditer notre action afin de la remplir de nos valeurs porteurs de sens. Nous équilibrons ainsi les principes de masculin de féminin en nous. Effectivement nous sommes tous porteur d’une part féminine d’intériorité et masculine d’extériorisation.

Équilibrer ces deux parts en soi, peut aussi générer un bel équilibre dans les relations hommes/femmes, tant au niveau amical que du couple. Ce travail peut générer une formidable créativité relationnelle !

Elisa Commarmond – sophrologue & ostéopathe

Être soi, pour être présent

Dans le domaine du développement personnel on entend souvent : « il faut vivre l’instant présent pour être en paix »…

Si l’on en reste au premier abord, on peut se dire que « vivre l’instant présent » ne nécessite pas trop de changements et d’efforts. Cela est en fait très difficile d’être zen tout de suite, à moins d’avoir de base un tempérament calme (tempéraments Terre et Eau). En fait la clé est dans l’effort intérieur de concentration, de saisissement de soi et de son identité profonde (au-delà des rôles extérieurs).

Être soi pour être présent

Et si la quête de pleine conscience ou celle de vivre l’instant présent,  cachait une quête plus profonde ? Celle d’être pleinement soi-même tout simplement !

Or s’il s’avère que c’est cela la vrai recherche, il est vital d’y répondre ! Or la réponse ne se trouve pas tout seul sans rien faire, mais dans une démarche plus dynamique, c’est à dire  de questionnement intérieur. Après que l’on ait fait cela on pourra vivre l’instant présent…

En réalité pour vivre l’instant présent, vraiment, il est illusoire de vouloir le vivre tout de suite. Pourquoi ? Car cet état d’être est le fruit d’une quête et d’un effort plus élevé pour être soi. C’est en étant plein de Soi que l’on devient présent. Si l’on n’existe pas, que l’on ne se questionne pas sur « qui je suis » profondément et si l’on reste avec une conscience ordinaire, alors sans nous en rendre compte nous restons vide intérieurement… et nous ne sommes pas vraiment présents. Nous sommes présents en surface, « collés » au monde extérieur, mais notre monde intérieur reste un territoire inconnu, inoccupé par l’esprit que nous sommes.

Finalement, il ne sert pas à grand-chose de chercher à méditer pour faire le vide, car si nous nous contentons de vivre qu’à l’extérieur de soi, nous le sommes déjà !

Commencer une démarche intérieure permet de faire le plein en soi. Peu à peu nous découvrons que notre monde intérieur peut être extraordinaire et riche de belles capacités. Notre vie se (re)créer et se transforme pour devenir une vie pleine de soi, pleine de sens et avec des instants extraordinaires. Alors on n’aura plus d’efforts à faire pour être présents !

Ce sera un état d’être naturel !

Notre vie sera tellement intense et vivante que l’on aura envie d’être là et nous n’aurons plus besoin de fuir dans des désirs extérieurs et matérialistes. L’esprit, son monde intérieur (ou conscience phronique en sophrologie) aura tellement de « poids » en soi qu’il sera difficile de faire autrement… que d’être soi ! en pleine conscience de Soi !

En résumé :

L’état d’être de présence intérieure véritable ne peut venir que d’une activité d’un esprit créateur qui change son environnement à mesure qu’il se transforme de l’intérieur. Elle implique une démarche dynamique à l’origine, qui va engendrer des transformations et par la suite : un état d’être en équilibre et la présence. Cette présence sera la conséquence d’un effort d’intégrité permanent.

Elisa Commarmond, Sophrologue

Les mystères du cœur humain

Vous trouverez ci-dessous la traduction d’une vidéo créée par l’institut HeartMath : Mysteries of the heart.

Celle-ci explique les nombreuses merveilles que réalise le cœur et les liens qu’entretien le cœur avec le cerveau. Aussi les recherches démontrent que nos émotions peuvent grandement influencer nos activités physiologiques : cérébrales, cardiaques, immunitaires… ainsi que notre prise de décision et notre créativité.

» Les recherches montrent comment le cœur joue un rôle extraordinaire dans notre vie, bien au-delà de ce que l’on pense communément.

Saviez-vous :

… que votre cœur émet des ondes électromagnétiques qui changent en lien à vos émotions ?

… que le rayonnement magnétique du cœur humain est mesurable jusqu’à plusieurs mètres au-delà du corps ?

… que les émotions positives créent des effets bénéfiques sur la physiologie de votre corps ?

… que vous pouvez booster votre système immunitaire en générant des émotions positives ?

… que les émotions négatives créent un système nerveux chaotique, alors que les émotions positivent créent l’inverse ?

… que le cœur à un système de neurones qui ont une mémoire à court et à long terme, et leur signaux envoyés au cerveau peuvent influencer nos émotions ?

… que dans le développement fœtal le cœur est formé et bat avant que le cerveau ne soit formé ?

… que les ondes cérébrales de la mère peuvent se synchroniser sur le battement du cœur du bébé ?

… que le cœur envoie plus d’informations au cerveau que le cerveau au cœur ?

… que les émotions positives aident la créativité du cerveau et des initiatives pour résoudre des problèmes ?

… que les émotions positives favorisent la capacité du cerveau à prendre des bonnes décisions ?

Ces faits sont démontré par HeartMath institute Center. Leur recherche visent à expliquer la connexion et le rôle du cœur dans le fonctionnement des émotions. Hearthmath.org«

Des connaissance à partager et surtout… à pratiquer !

Voici ci-dessous quelques idées de pratique :

Cohérence cardiaque

Une idée pratique pour prendre soin du cœur peut être la pratique de la cohérence cardiaque. Je vous conseille la lecture de mon article sur la cohérence cardiaque. Vous y trouverez tout ce qu’il faut pour la pratiquer. Bine plus que de prendre soin de votre corps c’est toute la santé qui sera améliorée par cet exercice de respiration.

Méditation d’ouverture du cœur

516wqOTLS5L._SX440_BO1,204,203,200_Une autre possibilité pour ouvrir son cœur est la méditation. Je vous conseille un excellent livret/CD de méditation guidée « L’Ouverture du Cœur » . Vous y trouverez deux méditations, l’une plus féminine ou Yin, « La rose du cœur » qui vous permettra d’ouvrir votre cœur et de réveiller votre énergie cœur : l’amour, la joie, la paix. La deuxième méditation plus masculine ou Yang s’appelle « Le courage du cœur », vous permettra de réveiller votre énergie feu, votre enthousiasme, des initiatives, oser révéler votre créativité et qui vous êtes… au fond de votre cœur !

Réveiller son cœur et toutes ses qualités, c’est bon pour la santé !

Elisa Commarmond – Sophrologue & Ostéopathe

Sortir du stress ou écouter nos appels au changement !

Chaque age de la vie a ses épreuves, ses défis et ses réalisations. Les leçons que nous pouvons tirer de nos expériences forgent notre identité et notre force. Parfois aux moments de carrefours de vie, nous ressentons le besoin de faire le point, de réfléchir plus en profondeur afin de diriger notre vie vers nos souhaits plus profonds. Ces moments d’introspections sont l’occasion de faire éclore des nouvelles capacités, de changer et renaître à nous même.

Notre mode de vie active, voire activiste nous fait ignorer ces moments de pauses nécessaires. Les oublier trop souvent c’est au final se renier à petit feu ! Et cela notre fort intérieur le ressent ! Et ce ressenti nous le nommons comme étant le fameux : STRESS !

Le stress est une alarme qui montre que quelque chose dans notre vie, notre rythme, nos activités, notre manière d’être (ou de non être), ne va pas.

Il sonne l’appel de notre cœur à changer !

Il ne s’agit donc pas de devoir gérer son stress, comme c’est la mode en ce moment. Apprendre à se maîtriser, pourquoi pas… mais veillons à nous poser les bonnes questions de fond car sinon cela équivaudrait à apprendre à se voiler la face encore un peu plus de temps.

Alors si vous vous sentez stressé, vous pouvez vous poser et vous demander :

que dois-je changer dans ma vie afin de vitre en harmonie avec mon corps et mon esprit ?

La méthode sophrologique qui peut aider en ce sens est la « protection sophro liminale de la journée« . Elle consiste a visualiser le cours de sa journée et de vous questionner sur ce qui vous stresse, ce que vous pouvez changer et améliorer afin de vivre une vie correspondant à vos vraies valeurs.

Nous ne sommes pas obligés d’être stressé ! Ce n’est ni une mode, ni une fatalité… c’est juste un signal.

Nous verrons dans d’autres articles comment aborder le stress du point de vue des tempéraments. Un sujet passionnant !

Elisa Commarmond – Sophrologue