Archives du mot-clé nature

Sophrologie & ballade nature consciente

Cet été j’ai organisé des sorties SophroNature en foret de Fontainebleau. Ces ateliers ont été des supers moments d’apaisement, d’écoute et d’ancrage ! Alors j’ai pensé à ceux qui vivent loin de notre foret de Fontainebleau et qui auraient envie d’essayer. J’ai écris ci-dessous le déroulé d’un exercice que vous pouvez pratiquer en nature ! En vous souhaitant une belle pratique 🙂


Ballade SophroNature

Intentionnalité : avant de vous rendre en nature, en méditation ou sur le chemin, vous pouvez vous relier à votre intentionnalité. C’est à dire que vous précisez simplement pourquoi vous allez en nature, votre intention morale. Par exemple : « je souhaite rencontrer la nature, communier avec elle » ; « je souhaite apporter mon énergie guérisseuse » ; « je souhaite m’émerveiller de la nature« . Le point commun de ces exemple est que se sont des intentionnalités de « don de soi« .

État d’esprit : quoi que vous choisissiez de pratiquer comme exercices en nature, l’important sera votre état d’esprit phénoménologique. Cet état d’esprit est le cœur de la pratique sophrologique et consiste simplement à mettre entre parenthèse tout ce que vous croyiez connaitre de la nature ou de la foret dans laquelle vous allez vous rendre et faire l’effort de la découvrir comme si c’était la première fois, sans jugements, ni à priori. Cela apporte beaucoup de bienfaits :

  1. du respect pour l’objet/sujet que vous allez rencontrer, ici la nature
  2. une ouverture d’esprit qui vous permettra de vivre des expériences nouvelles et ce même si vous vous rendez dans un endroit que vous connaissez déjà.
  3. de l’émerveillement pour la beauté de la nature, ses sons, sa lumière…
  4. l’émergence de vivances ou de ressentis de vie en vous.

Marche concentrative : supposons que vous vous rendiez dans une foret. L’activité principale est : la marche ! Il est tout à fait possible de pratiquer des exercices méditatifs tout en étant dans l’action de marcher. C’est un bon entrainement de l’esprit pour être ensuite plus vigilant dans son quotidien.

Dans un premier temps (10 min), pendant que vous marchez, vous pouvez vous concentrer sur votre corps en train de marcher, le contact des pieds sur le sol, la sensation des contours de votre corps, son poids, sa chaleur, sa respiration qui d’approfondie…. Le principe est que votre corps devienne un objet/sujet de concentration. Cet exercice apaise naturellement le mental et a un effet relaxant. Vous pouvez faire quelques respirations profondes, vous étirer si vous en sentez le besoin.

Pause (2 min) : suite à cet exercice vous pouvez faire une pause, assis sur un rocher ou adossé à un arbre afin d’être en accueil des ressentis et phénomènes qui apparaissent à vous, sans à priori, ni jugements… Observez les picotements, chaleur, fraicheur, circulation d’énergie etc…

Marche contemplative : dans ce deuxième temps (10 min), vous pouvez reprendre votre marche et cette fois ci entrer dans un exercice de contemplation de la nature environnante. Vous vous ouvrez aux phénomènes naturels autour de vous. Observez le vent, les mouvements, la lumière, les couleurs, les sons… Vous pouvez aussi ressentir l’interaction entre votre énergie et celle de la nature : le contact de la chaleur du soleil sur votre peau, le contact de l’air, du vent et du mouvement que cela créé dans vos cheveux etc…

Pause méditative (5 min) : suite à cet exercice vous pouvez faire une pause, assis sur un rocher le dos droit ou adossé à un arbre… Et dans ce moment de pause vous pouvez approfondir ce sentiment d’interaction entre vous et la nature. Sentez vous libre d’être créatif, de faire des associations, ressentir la circulation de votre énergie, ressentir l’énergie de l’arbre à coté de vous, d’entrer dans une méditation.

Respiration (3 min) : vous pouvez ensuite poursuivre avec une respiration accompagnée d’une intension consciente. Lors de l’inspiration, vous vous concentrez sur la présence de l’énergie de vie dans votre corps et sur l’expiration, la présence de l’énergie de vie dans la nature… Inspiration, en prononçant intérieurement « présence de la vie en moi« … expiration « présence de la vie dans la nature« … Continuez ainsi plusieurs fois…

Pause d’intégration (1 min) : suite à cet exercice vous pouvez faire une pause afin d’accueillir des ressentis, compréhensions que cette respiration a provoqué en vous.

Souhait (3 min) : vous pouvez ensuite émettre un souhait pour la nature. Un souhait de paix, de guérison, de régénération, d’harmonie… Vous pouvez en inspirant vous concentrer sur le mot de votre choix et le diffuser dans la nature à l’expiration… Faite cette respiration une dizaine de fois.

Marche du premier regard (20 min) : vous allez ensuite vous relever doucement et reprendre votre marche, avec votre souhait en présence à votre esprit. Vous reprenez cette marche, tout en étant différent, plus intériorisé, ouvert et conscient. Et lors de cette marche, peut être pour le retour, vous adoptez l’état d’esprit du premier regard, c’est à dire que vous allez découvrir votre environnement et les êtres comme si c’était la première fois…

Retour : vous pouvez ensuite prendre un temps de pause et de méditation afin de résumer les temps forts de la ballade sophrologique. Vous pouvez ensuite remercier la nature et cette rencontre avec la vie qui vous uni à elle… Pensez aussi prendre des notes en rentrant chez vous.

En vous souhaitant de belles rencontres avec la Nature !

Elisa Commarmond sophrologue & ostéopathe

Écologie & conscience ou retrouver le lien à la Nature

L’année 2019 a été l’année du réveil écologique selon les médias… Heu, il était temps ! Mais qui n’a pas remarqué la mobilisation mondiale de la jeunesse afin de défendre la terre et sa protection ?! Même si des grincheux peinent à vouloir changer leur monde, les jeunes nous montrent que oui, le temps est venu de se bouger à créer du nouveau.

Je constate aussi chez beaucoup de personnes et ce, dans chaque corps de métier, que la conscience écologique prend de plus en plus d’ampleur.  Dans ma patientèle, j’entends parfois des supers témoignages de changements de mode de vie, d’actes porteurs de plus de liens et de respect pour la nature.

De nombreux mouvements se mettent en place et montrent qu’un élan nouveau est en train de se mettre en route ! Même si pour les scientifiques, tout est déjà trop tard pour réaliser des changements individuels extérieurs, je trouve qu’il n’est pas possible de se résigner à un sentiment d’impuissance. Pourquoi ?

Car le sentiment d’impuissance affaibli l’être humain !

Il est démontré scientifiquement que le sentiment d'impuissance face à la maladie, diminue les défenses immunitaires et serait même cancérigène ! Cf les travaux du Dr David Servan Schreiber.

Nous pouvons être touchés par ce qui se passe, mais nous pouvons très vite nous sentir impuissants face à l’ampleur du problème et l’inaction des états ! Et puis, faire mon petit tri sélectif serait-il suffisant ? Nous savons bien que non !!

Face à toutes ces solutions extérieures bouchées, il nous faut trouver de l’espérance et des solutions en nous, dans notre cœur, dans nos valeurs humaines et solidaires. Oui il nous faut nous renforcer mutuellement, afin de renforcer l’éco-système global Homme/Terre ! Il est démontré scientifiquement qu’il existe un réseau de communication entre les arbres (cf. La vie secrète des arbres de Peter Wohlleben), mais que savons-nous des liens entre les hommes et la nature ? Et si ils étaient interreliés aussi ? (cf. Connectez-vous à la Terre de Clinton Ober et ) Ne dit-on pas que l’Homme est la Nature ?

Les solutions ont beaucoup plus de forces, si elles partent de l’intérieur et si elles sont en lien avec le ressenti de Vie. C’est de l’intérieur que des changements profonds, humains et durables peuvent émerger.

Ce n’est qu’à cette condition que l’homme peut sentir sa puissance !

Pourquoi l’importance du ressenti de la Vie en soi ?

Car l’homme en habitant dans les grandes villes entre autre, s’est de plus en plus coupé de la nature et de cet aspect de la vie. Ce phénomène est de plus en plus accentué avec la technologie qui isole encore plus l’homme de la nature et des autres humains. Serait-ce cette coupure avec la nature qui créé aussi une espèce d’indifférence globale par rapport au sort de la Terre (cf. Petit manuel de résistance contemporaine de Cyril Dion et Comment tout peut s’effondrer explique bien le mécanisme psychologique générant le déni) ? Hé oui, car il faut le dire aussi, certaines personnes voient cela de loin, pensant que tout ne va pas si mal tant que l’eau coule de son robinet ! Oups !

Même si des prises de consciences et des efforts pour diminuer le mode de vie (on devrait plutôt dire : mode destructeur du vivant !) consumériste est nécessaire… nous pensons qu’il est tout aussi primordial d’adopter une transformation plus profonde et existentielle du lien Homme/Nature et du lien de l’Homme par rapport à la connaissance de lui-même.

Si l’Homme et la Nature sont en conflits… ne serait-ce pas judicieux de ré-harmoniser ce lien de l’intérieur, de guérir ce conflit intérieur entre l’Homme et sa propre nature, son être ? Hé oui, car en détruisant la Nature, l’Homme n’est-il pas en train de se détruire lui-même ? Et pourquoi ? (Cf. Natura ou les secrets du livre de la nature de Pierre Lassalle).

Si l’homme changeait sa vision et son rapport au vivant il pourrait découvrir sous un nouveau jour, le lien sacré qui unit son corps, sa conscience et la Nature, de là pourrait découler naturellement un état d’esprit et des comportements nouveaux, libres et porteurs de sens.

Alors, l’Homme, la Terre, la Vie, ne seraient plus à considérer comme une chose extérieure à protéger par nécessité, mais elle serait considérée comme :

un sujet de valeur, vivant, essentiel, à mettre au cœur de sa vie et de la société humaine.

Elisa Commarmond – Sophrologue & Ostéopathe à Fontainebleau & Paris

Activités en lien avec la Nature et la vie

Sorties Sophro Nature en foret de Fontainebleau

Vous voulez découvrir la sophrologie et vous aimez la Nature ? Bienvenue 🙂 ! Amoureuse du vivant, de la Nature et surtout de la foret de Fontainebleau, cela faisait longtemps que je rêvais de proposer des séances de sophrologie en foret.  J’ai donc créé un parcours sophrologique et ludique qui vous permettra de découvrir la sophrologie sous un nouvel angle et de vivre l’harmonie corps-esprit-nature qui est en vous.

Rencontre avec… Amazonie

Nous allons penser à un sujet qui est universel, qui nous dépasse et nous unis tous : la Nature !

Et si nous cultivions un rapport plus sacré avec la Nature ? Et si nous lâchions un peu nos références extérieures pour nous ouvrir à une dimension plus intérieure, afin d’y entrevoir une possible conscience ? Même un esprit ? Et qu’est-ce que cela pourrait changer ? Un esprit ? Mais qu’est ce qu’elle raconte la dame ?! Elle a fumé de la bûche de Noël ou quoi ?! 

Si, si j’insiste et ce sera le sujet de cet article… comme un cadeau offert à la Nature, à la forêt Amazonienne et à l’esprit de toutes les forets de la Terre, car oui :

la Nature, les plantes ont un esprit !

Ces derniers temps, j’ai lu un bon nombre de livres sur l’écologie, l’état de la planète etc… Même si ce sont des gens bien qui écrivent, je reste toujours sur ma faim, car les problèmes ne sont abordés QUE d’un point de vue matérialiste. Les auteurs peuvent parler de la beauté, partager des photos, ou peuvent avoir un regard humaniste sur le lien homme/nature, mais il n’y a quasiment jamais une vision plus spirituelle (sauf pour un livre dont je donnerai les références en fin d’article). C’est normal, puisqu’en occident le point de vue matérialiste (qui ne voit que l’aspect physique des choses) est la manière de penser ordinaire.

Pourtant tout le monde sur Terre ne pense pas ainsi et ne voit pas la Nature que du point de vue extérieur ou matérialiste ! Pour me faire comprendre je vais vous raconter une histoire, mon histoire lorsqu’il y a plusieurs années je suis partie en Amazonie (au Pérou) à la rencontre des guérisseurs chamanes ou curanderos. Je me suis rendue dans un centre d’études sur les plantes médicinales amazoniennes, tenu par un médecin français. J’y suis restée plusieurs semaines et j’ai participé à un stage « spécial jeune » sur les 4 éléments (rituels amazoniens de passage de l’adolescence à l’âge adulte).

Quand mes patients apprennent que je suis allée en Amazonie, ils s’émerveillent et me demandent ce que j’ai appris là-bas. Je réponds :

ce que j’ai appris et expérimenté, c’est que les plantes ont un esprit, une conscience !

Bien souvent la personne ne me croit pas et on se remet à parler de la météo ! Mais vous, si vous me lisez, c’est que vous êtes assez ouvert 😉 ! Alors je continue mon histoire…

Relation des chamanes avec l’esprit des plantes

Dans ce centre, j’ai rencontré plusieurs chamanes amazoniens ou curanderos. Et ce ne sont pas de grands gourous avec des plumes sur la tête ! Ils sont d’une humilité et simplicité extrême, vêtus en jean, tee shirt et casquette. Ils ne s’autoproclament pas chamane, comme c’est la mode en occident ! Ce sont les esprits des plantes (peut être une gardienne de la sagesse médicinale) qui choisissent d’enseigner tel être et qui sera capable de soigner les autres.

Avec notre pensée matérialiste, nous pouvons nous émerveiller de la beauté de la forêt ou être très attristés de la voir brûler… (quand nous voyons la forêt amazonienne en flamme, voyons du bois brûler extérieurement)… mais imaginez ce que cela représente pour eux ? Pour eux, chaque espèce de plantes à des vertus et l’esprit de la plante leur enseigne leur usage médicinal. Leur vie est relation sacrée et consciente avec chaque espèce d’arbres, arbustes et forêts.

Vous vous imaginez quelle conscience ils doivent avoir de cette immense forêt amazonienne ?! Ce doit être pour eux… leur Mère d’émeraude, gardienne d’une sagesse millénaire et ancestrale ! Pouvoir dire avec une telle réalité et conscience que : la Nature est ma Mère… C’est incroyable non ?! Et cette relation ne leur est pas réservée ! C’est une relation que tout homme, où qu’il vive, peut créer avec la Nature… si il le veut.

La forêt Amazonienne est Mère de toutes forêts sur Terre, mais nous pouvons voir toutes les autres comme ses Filles… inter-connectées à Elle. Chaque forêt, chaque arbre même à côté de chez vous, à un esprit, une conscience… comme je l’ai expérimenté en Amazonie !

Par quel biais l’être humain peut-il entrer en relation sacrée avec la nature ?

Grace à sa conscience, son être (ou son esprit).

Notre corps physique est limité et nous sépare des uns des autres et de la Nature. Mais la conscience elle est illimitée et non séparée. C’est à partir de notre conscience que nous pouvons entrer en relation avec la dimension invisible et sacrée de la nature. A partir du moment où deux êtres sont dotés de consciences, alors ils peuvent s’ouvrir l’un à l’autre et se rencontrer.

L’être humain est doté d’un corps et d’un esprit (pour faire simple), mais la nature aussi a un corps physique et un esprit, même si bien sûr, il est différent du règne humain. La nature est un être doté d’une « petite conscience » (il en est de même pour notre corps physique !). Si nous nous ouvrons à cette possibilité-là, l’expérience sera possible. Je rappelle que ce ne sont pas des concepts intellectuels, mais des phénomènes à vivre dans état d’esprit d’ouverture (tout en gardant les pieds sur Terre !).

Bienvenue dans le monde d’Avatar !

Même la science occidentale s’ouvre aujourd’hui à la Vie du règne de la Nature. Elle s’ouvre à une dimension beaucoup plus interreliée et complexe que ce que l’on pensait au départ (voir la théorie Gaïa). Je vous conseille de lire le livre La vie secrète des arbres qui présente ces aspect-là des forêts : leur sensibilité, leur réseau de collaboration, leur réaction aux insectes etc… Ces découvertes posent beaucoup de questions à propos de la vie sur Terre et de sa relation l’humanité :

  • Que ressentent les forêts en réaction aux actes humains (ou plutôt inhumains) ?
  • Si les plantes ressentent les actes destructeurs physiques, mais qu’en est-il de notre conscience, nos pensées, nos sentiments, nos émotions ?
  • La nature y est-elle sensible aussi ?

Les travaux réalisés par le Dr Masaru Emoto au Japon nous démontrent qu’effectivement, la nature – ici les cristaux de l’eau – se modifie selon les pensées et sentiments qu’émettent l’être l’humain. Voici ci dessous une vidéo :

Et si cela pouvait tout changer ?

Cette dimension de conscience dans la nature est difficile à imaginer car dans nos sociétés occidentales, ce sont des folklores. Mais pourquoi ne pas mettre en parenthèse ce que nous croyons savoir et nous ouvrir à cette possibilité ? Nos croyances matérialistes ne nous font croire que ce que nous voyons, et dans notre orgueil nous pensons que c’est la vérité. Pourtant pour d’autres humains sur Terre cette expérience est une réalité objective ! Pour les curanderos amazoniens – et bien d’autres qui expérimentent cela, même en occident – cette vie magique de la Nature n’est pas seulement un mécanisme biologique, ce sont des esprits réels !

Et si de plus en plus d’êtres humains cultivaient une relation plus sacrée et consciente à la nature, qu’est ce que cela pourrait changer ? Le ressentirait-elle ? Est-ce que cela pourrait la soutenir dans sa régénération, dans sa guérison ?

Que de questions ! Je ne prétends pas avoir les réponses, moi j’aime les questions (surtout celles que l’on ne peut pas demander à Google !). J’espère en avoir soulevé chez vous aussi et donné envie d’expérimenter par vous même… et peut être trouver vos propres réponses vivantielles (=vécu).

A bientôt pour de nouvelles éclosions 😉

Elisa Commarmond Sophrologue & Ostéopathe