Archives du mot-clé Travail sur soi

2021 : passer des BONNES RÉSOLUTIONS AU COURAGE !

Nous sommes dans la période idéale pour faire un bilan sur son année qui vient de se passer et pour faire ses vœux pour la nouvelle année à venir. Et c’est aussi la période où traditionnellement beaucoup de gens prennent de « bonnes résolutions »… Oui mais bien souvent, qui entend « bonne résolution », se dit « ouais, encore une belle promesse qu’il (ou que je) ne tiendra jamais ! »

C’est très dommage d’en rester là ! Une transformation réussie qu’elle qu’elle soit peut être vécue comme une grande victoire dans son être. Tout le monde a à y gagner, car une personne victorieuse est forcément plus positive, rayonnante, joyeuse et enclin à vouloir s’intéresser à aider les autres. Si chacun avait le courage et les méthodes de transformation de soi, chacun aurait plus d’espérance, plus d’initiatives de vrais changements dans leur vie et leur relations… Le monde n’en serait que meilleur !

Nous allons réfléchir aux illusions qui peuvent nous empêcher d’entrer dans le vrai changement et voir aussi quelles peuvent être les clés intérieures méditatives pour un changement réussi.

L’illusion du bien-être

Ces questions nous paraissent essentielles car nous vivons à une époque ou le malaise existentiel est de plus en palpable : stress, dépression, isolement technologique etc… Et ce constat empirant de jours en jours, on peut se demander si les réponses au malaise humain n’étaient pas un peu trop… factices et légères ! Il n’y a qu’à aller sur les réseaux pour voir foisonner des applis en tous genre qui apporteront LA solution miracle contre le stress ou LA clé du bonheur.

Et pourtant, avec toute ces méthodes de bien-être, pourquoi constate-t-on un mal-être grandissant ? Et si toutes les propositions qui existent sur les réseaux sociaux, les apps n’étaient que des pansements ? Un verni nous poussant sans cesse à tourner autour du pot, sans remettre en question notre vie réelle !

Oui, la première clé nous demande de voir en face que certaines propositions nous vendent clairement un faux « bien-être » !

Nous vivons dans une société où il faut tellement « être bien », zen, cool… que l’on ose même plus s’avouer ou dire que « ça ne va pas ». Est-ce le fameux angélisme à la française qui s’exprime par cette mode bien-être ? Et pourtant notre monde, la nature nous montre bien que nous vivons dans une énorme période de crise et de changement !

Le vrai problème, c’est que si l’on en reste à ce stade superficiel cela ne profite à personne : ni à soi, ni aux autres. Pourquoi ? Car nous n’obtenons aucun changement de vie profond et existentiel ! Les activités de « bien-être » nous offrent au mieux un petit loisir de plus, tout en demeurant dans notre monde ordinaire. Pourquoi pas ? C’est le choix de chacun. Le piège bien sur – et que l’on voit souvent – serait de rester dans une illusion sur soi-même (se croire déjà arrivé, être un grand sage, super spirituel, comme on le voit partout sur internet), alors qu’en réalité nous sommes « à coté » (ou coincé dans l’illusion de la matrice* Néo!)… et l’humanité va de plus en plus mal !

Résolution vs Révolution

Et si nous prenions cette période d’épreuve comme une occasion pour se saisir et changer ce qui a de l’importance vitale dans sa vie ? Que ce début d’année soit l’occasion non pas d’une « bonne résolution » qui ne changera jamais rien, ni dans sa vie ni en ce monde, mais d’une bonne Révolution !! Une révolution est le changement même. Une évolution. L’émergence de la nouveauté salvatrice, libératrice et bénéfique pour tous… (et de surcroit, un art à la française!)

Même si tout n’est pas parfait tout de suite, vouloir et initier un vrai changement dans sa vie nous fait voir le bout du tunnel. Celui qui pratique la méditation peut même avoir une vision de son futur ou un ressenti d’espérance lié aux forces de changement libérées dans son cœur par ses efforts. Ce ressenti réveille l’être intérieur et peut donner des idées créatrices, des solutions à mettre en place pour manifester le changement. Le tout est de « toucher » en soi sa force du cœur, son courage, sa détermination, son amour… sentir que la victoire de son esprit est déjà opérante en soi. Il faut arriver à se dire sincèrement que : c’est déjà gagné !

Quelle est la clé pour initier un changement ?

Pour tout changement la première clé c’est déjà de faire un constat honnête. Faire un constat, c’est faire une pause sur soi, prendre du recul sur sa vie, ses comportements et se demander avec détermination : « Mais c’est quoi qui ne tourne pas rond là ?! »

Oui, oui on arrête d’être hypocrite et de se mentir, on se regarde dans le miroir et on ose voir les choses en face et même ressentir sa révolte ! Ressentir de la révolte est même très bon signe car c’est une force qui est libérée à ce moment là. Une force de son esprit qui veut se libérer de la prison illusoire de la matrice ! Cette force qui se libère, on peu la sentir comme un feu dans son cœur qui jailli nous procurant le courage de changer radicalement un comportement ou une situation.

Le courage, force de transformation

Cette force du cœur, ce courage, peut être ressenti comme une chaleur transformatrice mais aussi une clarté soudaine dans ses pensées. Ce que l’on appelle aussi une prise de conscience. Quoi que ce soit, cela peut être intéressant de bien nommer cette force à votre manière et de la contenir en vous en entrant plus profondément en méditation ou en réflexion pour comprendre, creuser, chercher les origines, les causes, les influences qui créent la situation illusoire et de mal-être finalement.

Ce courage associé à la lumière de ses compréhensions va éclairer le chemin du changement. Nous verrons les solutions, elles nous paraitrons évidentes et réalistes. Le tout sera ensuite de ne pas oublier ses bonnes (ré)solutions et d’exercer sa force vigilante pour agir des changements ou résister à certains comportements.

Faire le vœux de l’effort

Se transformer n’est pas facile, cela demande des efforts approfondis et de la persévérance sincère dans le monde réel, avec des vrais rencontres humaines authentiques (sans masques!). Tout l’opposé des modes actuelles, des activités en ligne ou des applications de méditation ou techniques faciles qui ne demandent aucun effort de penser.

L’exercice de cet effort de penser, de discerner, de choisir et de changer sont toutes vos qualités de courage que vous rayonnerez en vous et autour de vous. L’expression de ce courage est la voie royale pour être soi, maitre de sa vie, de ses actions.

Le courage est une clé essentielle permettant de déchirer les voiles illusoires… et pourquoi pas sortir de la matrice, vivre Libre. Se sentir libre quoi qu’il arrive à l’extérieur pour nous en empêcher ! Cette précieuse liberté… chacun en est responsable finalement en choisissant la voie du changement et en étant porteur d’initiatives nouvelles pour le futur de l’humanité et un Nouveau Monde à créer !

Tous mes vœux révolutionnaires pour 2021 !! Que le courage soit flamboyant dans vos cœurs !

Elisa Commarmond

Pour en savoir plus :
  • Sur la notion de Matrice, voir le site Lumière dans la Matrice. Vous y trouverez de nombreux articles, des références, des conseils de films ou de livres.
  • Vous y trouverez aussi le Projet Hercule : ce collectif courageux propose un programme de travail méditatif sur certains aspects de la matrice en lien avec la mythologie d’Hercule.
  • Pour travailler sur le courage, je conseille le Tarot des Héros (voir la carte de courage) et les méditations « Le courage du Cœur » et la « Victoire de Michael« .
Évènements & ateliers :

Le 9 janvier à Pérols (34) : Lucie Delalain avec l’association Kaya Team Universe, propose une journée sur le modèle héroïque. Cette méthode de travail sur soi est une manière idéal et ludique pour renforcer son courage !

Samedi 23 janvier de 10h à 12h à Avon (77) : Atelier « De la Sophrologie à la Méditation » sur le thème du courage – exercices de sophrologie suivie de la découverte de la méditation créatrice avec la pratique du CD « Le courage du Cœur ».

Sophrologie des valeur : la liberté !

Vous trouverez ci-dessus une sophrologie guidée avec un questionnement sur la valeur de liberté.

Les valeurs en sophrologie ?

La notion de valeurs existentielles est très importante en sophrologie. C’est un des piliers de la méthode et c’est ce qui donne toute sa profondeur et sa justesse dans l’adaptation à l’existence humaine. Le Dr Alfonso Caycedo a amené les méthodes liées aux valeurs lors de sa déclaration de Récife (Brésil) ou déclaration des valeurs de l’homme en 1977, dont voici un extrait.

« La sophrologie se définit comme une fondation à caractère international, apolitique et aconfessionnel, fondation que j’ai créée pour tenter de sauver les valeurs de l’homme face à la crise de la civilisation contemporaine. »

« La sophrologie a pris pleinement conscience du fait que l’humanité a commencé à vivre la plus grande crise de son histoire, car les valeurs de l’homme se trouvent atteintes au niveau biologique, le développement de notre civilisation étant, lui-même, en danger. »

Déjà à son époque le Dr Caycedo constatait que la société était en danger, car les valeurs humaines s’amenuisaient au profit d’une société de consommation destructrice où l’argent est roi. Que dirait-il face à notre monde d’aujourd’hui ? Peut-être nous conseillerait-il de développer plus de liberté ?!

Pour des éclairages et solutions sur le fonctionnement de la matrice voir le site Lumière dans la matrice
Pourquoi la valeur de liberté ?

Dans le processus de développement de ses valeurs en sophrologie, il est toujours conseillé de commencer par une valeur individuelle : la liberté, le courage, la responsabilité, la sincérité etc… Une fois que nous nous sommes bien renforcés individuellement, nous pouvons nous ouvrir à des valeurs plus collectives : la fraternité, la groupéité, l’amour, l’harmonie relationnelle, l’association. Enfin nous pouvons aussi nous ouvrir à des valeurs plus universelles comme : l’éternité, l’infini, l’universalité, la spiritualité, le divin (sans connotation religieuse).

L’approche du vécu de ses valeurs est simple et accessible à tous. Une fois que nous sommes en état de conscience sophro-liminale nous laissons venir à nous la valeur de notre choix. Nous nous concentrons intérieurement sur cette valeur, nous nous questionnons sur l’importance qu’elle a pour nous dans notre vie et essayons de vivre une vivance liée à cette valeur, c’est à dire entrer dans un ressenti réel et profond de cette valeur en nous. Des exercices spécifiques sont proposés pour accroitre et mobiliser ce vécu à l’intérieur de soi.

Aligner sa vie sur ses valeurs

Vivre ainsi une valeur en soi est une expérience essentielle car elle permet par la suite d’impulser des initiatives pour se réaligner et être en accord avec nos valeurs jusque dans notre vie extérieure. Ces actions seront l’expression de notre conscience libérée. Ces actes librement choisis peuvent même générer une vivance au cœur de l’action !

Ce ressenti est unique selon le degré de pratique et de conscience de chacun, mais cela peut se traduire comme étant un vécu de chaleur dans le cœur ou d’une conscience très claire et concentrée pendant l’action concrète. Peu importe ce que nous vivons, mais nous pouvons sentir une force en nous, indestructible, une confiance dans notre vécu qui peut nous pousser à affirmer sincèrement que :

je suis une femme libre ou un homme libre !

Entrer sur le chemin du vécu des valeurs est empli d’espérance et c’est une démarche infini, car nous sentons que nous pouvons toujours progresser et évoluer vers davantage de liberté. Entamer une démarche intérieure est sans cesse jalonnée de choix, de seuils et de questionnements nous permettant d’évoluer. Chaque domaine ou épreuve de la vie peut être un véritable tremplin évolutif, si nous le voulons bien et si nous voulons le Bien. C’est une question de choix et nous l’avons toujours, en toutes circonstances.

Défendre ses valeurs

Se soumettre ou se renier face à une situation extérieure qui ne nous convient pas moralement, en se disant « de toute façon y’a pas le choix ! » est un mensonge et un aveu de lâcheté. Obéir sans réfléchir, être passif, c’est un choix. Est-ce un choix qui nous rend digne et libre ? C’est à chacun de voir et de consulter sa conscience le soir devant sa glace.

Ne jamais faire quelque chose contre sa conscience même si c’est l’État qui l’ordonne.

Albert Einstein

Méditer sur des citations de grand hommes qui représentent pour nous des modèles d’une vie digne de la valeur qui nous tient à cœur, peut être un bon moyen pour s’élever, se réveiller intérieurement lorsque nous voyons que nous soumettons et relâchons nos efforts de liberté. Oui car finalement être libre, c’est un état intérieur qui ne peut demeurer que dans un effort évolutif permanent et agit dans sa vie !

« N’essayez pas de devenir un homme qui a du succès. Essayez de devenir un homme qui a de la valeur. » ~ « La valeur d’un homme tient dans sa capacité à donner et non dans sa capacité à recevoir. »

Albert Eintein

Courage à tous ! Pour la liberté ! Elisa Commarmond Sophrologue

Liens actualité :

Le défi de la Confiance en soi et en l’autre

La confiance en soi

Beaucoup de personnes se demandent comment atteindre la confiance en soi. On entend partout : « comment avoir confiance en moi ? » ; « j’aimerai faire telle chose mais je n’ai pas confiance en moi ».

Ce que l’on voit souvent c’est que ce thème est associé à un MANQUE de confiance. Personne ne se plaint d’avoir trop confiance en lui ! Et de manquer de confiance en l’autre ? Manquer de confiance en la vie ? Et les autres, ont-ils confiance en moi ? Est-ce que je donne confiance ? … Que de questions ! Et si elles étaient toutes inter-reliées ?

Développons un peu plus en profondeur ce sujet, ce monde… celui de la confiance ! Pour avoir envie de se questionner, peut-être que oui, considérons la confiance comme un monde à explorer. Imaginons un monde où : la confiance régnerait ! Utopiste ?… Mmm, peut être réaliste une fois que vous aurez lu ces trois articles dédiés à la confiance 😉

Réaliste effectivement car, d’un point de vu individuel, si l’on explore et pratique toutes les possibilités de la confiance dans notre vie, peut être que nous aurons l’impression d’être dans un autre état d’être que d’ordinaire. Nous aurons l’impression réelle, de vivre dans un monde nouveau. C’est en fait nous, qui aurons changé notre regard sur la vie. Nous aurons adopté un nouveau mode de vie « confiant » par rapport à nous-même, un nouveau mode relationnel et un nouveau rapport avec la vie.

Cela vous donne envie d’explorer cette nouvelle terre de confiance ? Oui ! Alors allons-y !

La maison de la confiance en soi

Voyons cela d’un point de vue individuel et mettons-nous à la place d’une personne qui n’aurait pas confiance en elle et qui nous demanderait comment faire pour la développer. Comment nous apparaîtrait-elle ? Les mots qui peuvent venir seraient : ‘fragile’, peu sûr d’elle, manquant d’estime d’elle-même, manquant d’expérience.

Si on compare l’individu peu confiant à une maison, cette maison aurait peu de fondations solides… Elle ne pourra pas, s’ériger convenablement et se présenter aux autres avec assurance. Du coup, les gens n’auront peut-être pas trop envie d’y entrer. Ils n’auraient pas confiance, car ils auront peur que le toit ne leur tombe sur la tête !

Cette image est très parlante et peut donner des idées de solutions assez évidentes. Effectivement lorsque l’on part en quête de confiance en soi, cela équivaut à une quête de fondations en soi-même et qui engendrera un sentiment de fiabilité, de sécurité, de fidélité et de confiance chez les autres. Ces manques de fondations pourront se solutionner par une démarche de construction intérieure :

  • de sa force intérieure en clarifiant ses buts : pour remédier à sa « fragilité »,
  • de la connaissance de lui-même : pour remédier à son coté peu sûr de lui,
  • de la reconnaissance de sa valeur : pour remédier à son manque d’estime de lui
  • et d’action : pour remédier à son manque d’expérience

Clarifier ses buts

Un être confiant a des buts clairs et précis ! C’est un être qui se connaît dans sa dimension profonde, existentielle et de valeurs de cœur. Le premier exercice pour développer la confiance implique donc de clarifier ses buts, ses objectifs futurs et les moyens d’y parvenir. Mais clarifier son intention serait même la première question à (se) poser : pourquoi je cherche à avoir confiance en moi ?

  • est-ce pour donner le meilleur de moi dans une situation ? Est-ce pour réaliser un rêve ? Pour aider un être que j’aime ou une grande cause ?
  • Où est-ce par frustration, comparaison aux autres, envie d’être reconnu, aimé ?

Effectivement, en se questionnant sincèrement face à une intention, nous pourrons voir si notre motivation est intérieure, profonde ou en réaction au monde extérieure et davantage lié à son masque égotique.

Lorsque notre motivation est réelle et lié à notre vrai Moi, alors nous aurons plus de chance d’aller jusqu’au bout et d’être aidés sur notre chemin. Nous pourrons être aidés par nos amis qui sentent notre sincérité et à qui l’on donne confiance. Nous pourrons pourquoi pas donner confiance en l’univers, qui pourrait avoir envie de nous donner un coup de pouce aussi ! Si si c’est vrai !

En mettant nos efforts vers nos vrais intentions, nous aurons déjà gagné un point de confiance en nous, car nous serons sûrs que nous avons quelque chose à réaliser d’existentiel. Et plus un projet ou but se clarifie dans notre pensée et plus nous pourrons avoir du feu intérieur pour le réaliser. Ce feu, est un feu du cœur qui nous remplit à l’intérieur ! Il rend notre volonté déterminée et nous pourrons nous sentir solide… comme un roc !

Solide comme un roc, c’est être confiant non ?

A l’inverse, nous avons tous pu vivre le feu extérieur. Ce peut être un désir soudain, une lubie, un enthousiasme superficiel, mais qui lui se consume vite. Essayer de faire la différence en soi, est une riche expérience de connaissance de soi et qui peut signer les premières fondations de votre maison de confiance.

La confiance relationnelle

Voyons la deuxième clé de la confiance. Après avoir donné une clé de confiance en soi au niveau de l’éclaircissement de ses intentions au niveau de sa pensée, ici développons la confiance du point de vu du cœur et de la relation. La troisième clé situera la confiance au niveau de la volonté et du domaine de l’action.

Un espace d’authenticité en soi

Une fois nos buts et intentions éclairées et enflammées… nous pourrons continuer notre quête de connaissance de soi de manière plus approfondie : (re)connaitre ses capacités, ses aptitudes, ses forces, ses dons ses valeurs.

Si l’on reprend l’image de la « maison de la confiance », ces questions et prises de consciences sur notre identité, peuvent constituer les meubles de notre maison. Nos objets/sujets de valeur que nous aurons envie de partager aux autres. Ces prises de consciences créerons l’espace de conscience que l’on nomme en sophrologie comme étant : l’espace phronique de conscience.

La création de l’espace intérieur par la pratique, qu’elle qu’elle soit, créé un espace réel en soi, un espace de conscience pour la vie de l’essentiel : notre être véritable sans masques. Plus nous développons cet espace de vie et plus nous apprenons à être nous même.

Nous serons forcément plus authentiques dans nos relations ! Cela nous a donnera confiance !

Reconnaitre sa valeur

Avec la méditation et le questionnement intérieur nous pouvons approfondir davantage cette lumière de conscience en soi. Ainsi, plus notre espace intérieur est existant et fort, plus nous remplissons notre vide intérieur. Le questionnement lié à la connaissance de soi nous permet de nous reconnecter à notre propre valeur et estime de nous-même.

Ce manque de reconnaissance de sa valeur, est bien souvent ce qui engendre la comparaison, la compétition et la jalousie. Inutile de dire, que c’est un véritable poison pour la confiance en soi, la confiance relationnelle et l’amour ! (si le sujet de la transformation de la jalousie vous intéresse lire l’excellent article écrit par Céline Lassalle Femme & jalousie : un vice qui cloue l’amour !)

En prenant conscience de ses valeurs et en travaillant à les développer, la vapeur s’inverse car, nous ne demanderons plus : nous donnerons de nous et nous ne jalouserons plus ! Nous saurons reconnaitre les qualités des autres, sans pour autant se comparer tout de suite et se sentir envieux.

C’est tout autre chose ! Cela créé une véritable libération en soi, car même si ce comportement parait courant et anodin, en réalité la jalousie nous fait « mal » intérieurement. Il fait mal à notre être véritable et nous pouvons nous sentir indigne intérieurement, ce qui accentue la dévalorisation ! Mais sortir de ce cercle vicieux est possible ! Et notre relation à notre entourage changera aussi du tout au tout. Les autres sentirons forcément le changement et cela leur donnera envie de nous faire confiance.

Ce nouvel état d’être, sèmera la confiance autour de soi ! Nous pourrons dire que la confiance règne, dans notre mode relationnel.

Vers la confiance en la vie !

Mettre en place cela dans sa vie est magique ! Cela change tout ! A mesure que notre vie relationnelle se transforme – en mieux – alors nous voyons que notre rapport à la vie change aussi, en mieux. Peut-être parce que le fait de développer la confiance, permet de cultiver un autre regard plus positif sur la vie et les êtres ? Peut-être parce que nos yeux sont plus ouverts aux non-hasards de la vie ? Cela dépend des expériences de chacun… Ce sera à vous de répondre à ces questions…

Prochain article

Après avoir donné une clé de confiance en soi au niveau de l’éclaircissement de ses intentions, au niveau de sa pensée et du point de vue du cœur et de la relation, la troisième clé situera la confiance au niveau de la volonté et du domaine de l’action. Dans l’article, « Confiance, expérience et action » nous verrons l’importance de l’action et de l’auto-défi pour construire sa base de confiance.

Elisa Commarmond – Sophrologue & Ostéopathe à Fontainebleau et Paris 11

Evenements à venir ! Ateliers de méditation créatrice à Montpellier sur le thème de la Confiance avec Céline Lassalle ! Cliquez ici pour en savoir plus

Écologie & conscience ou retrouver le lien à la Nature

L’année 2019 a été l’année du réveil écologique selon les médias… Heu, il était temps ! Mais qui n’a pas remarqué la mobilisation mondiale de la jeunesse afin de défendre la terre et sa protection ?! Même si des grincheux peinent à vouloir changer leur monde, les jeunes nous montrent que oui, le temps est venu de se bouger à créer du nouveau.

Je constate aussi chez beaucoup de personnes et ce, dans chaque corps de métier, que la conscience écologique prend de plus en plus d’ampleur.  Dans ma patientèle, j’entends parfois des supers témoignages de changements de mode de vie, d’actes porteurs de plus de liens et de respect pour la nature.

De nombreux mouvements se mettent en place et montrent qu’un élan nouveau est en train de se mettre en route ! Même si pour les scientifiques, tout est déjà trop tard pour réaliser des changements individuels extérieurs, je trouve qu’il n’est pas possible de se résigner à un sentiment d’impuissance. Pourquoi ?

Car le sentiment d’impuissance affaibli l’être humain !

Il est démontré scientifiquement que le sentiment d'impuissance face à la maladie, diminue les défenses immunitaires et serait même cancérigène ! Cf les travaux du Dr David Servan Schreiber.

Nous pouvons être touchés par ce qui se passe, mais nous pouvons très vite nous sentir impuissants face à l’ampleur du problème et l’inaction des états ! Et puis, faire mon petit tri sélectif serait-il suffisant ? Nous savons bien que non !!

Face à toutes ces solutions extérieures bouchées, il nous faut trouver de l’espérance et des solutions en nous, dans notre cœur, dans nos valeurs humaines et solidaires. Oui il nous faut nous renforcer mutuellement, afin de renforcer l’éco-système global Homme/Terre ! Il est démontré scientifiquement qu’il existe un réseau de communication entre les arbres (cf. La vie secrète des arbres de Peter Wohlleben), mais que savons-nous des liens entre les hommes et la nature ? Et si ils étaient interreliés aussi ? (cf. Connectez-vous à la Terre de Clinton Ober et ) Ne dit-on pas que l’Homme est la Nature ?

Les solutions ont beaucoup plus de forces, si elles partent de l’intérieur et si elles sont en lien avec le ressenti de Vie. C’est de l’intérieur que des changements profonds, humains et durables peuvent émerger.

Ce n’est qu’à cette condition que l’homme peut sentir sa puissance !

Pourquoi l’importance du ressenti de la Vie en soi ?

Car l’homme en habitant dans les grandes villes entre autre, s’est de plus en plus coupé de la nature et de cet aspect de la vie. Ce phénomène est de plus en plus accentué avec la technologie qui isole encore plus l’homme de la nature et des autres humains. Serait-ce cette coupure avec la nature qui créé aussi une espèce d’indifférence globale par rapport au sort de la Terre (cf. Petit manuel de résistance contemporaine de Cyril Dion et Comment tout peut s’effondrer explique bien le mécanisme psychologique générant le déni) ? Hé oui, car il faut le dire aussi, certaines personnes voient cela de loin, pensant que tout ne va pas si mal tant que l’eau coule de son robinet ! Oups !

Même si des prises de consciences et des efforts pour diminuer le mode de vie (on devrait plutôt dire : mode destructeur du vivant !) consumériste est nécessaire… nous pensons qu’il est tout aussi primordial d’adopter une transformation plus profonde et existentielle du lien Homme/Nature et du lien de l’Homme par rapport à la connaissance de lui-même.

Si l’Homme et la Nature sont en conflits… ne serait-ce pas judicieux de ré-harmoniser ce lien de l’intérieur, de guérir ce conflit intérieur entre l’Homme et sa propre nature, son être ? Hé oui, car en détruisant la Nature, l’Homme n’est-il pas en train de se détruire lui-même ? Et pourquoi ? (Cf. Natura ou les secrets du livre de la nature de Pierre Lassalle).

Si l’homme changeait sa vision et son rapport au vivant il pourrait découvrir sous un nouveau jour, le lien sacré qui unit son corps, sa conscience et la Nature, de là pourrait découler naturellement un état d’esprit et des comportements nouveaux, libres et porteurs de sens.

Alors, l’Homme, la Terre, la Vie, ne seraient plus à considérer comme une chose extérieure à protéger par nécessité, mais elle serait considérée comme :

un sujet de valeur, vivant, essentiel, à mettre au cœur de sa vie et de la société humaine.

Elisa Commarmond – Sophrologue & Ostéopathe à Fontainebleau & Paris

Activités en lien avec la Nature et la vie

Sorties Sophro Nature en foret de Fontainebleau

Vous voulez découvrir la sophrologie et vous aimez la Nature ? Bienvenue 🙂 ! Amoureuse du vivant, de la Nature et surtout de la foret de Fontainebleau, cela faisait longtemps que je rêvais de proposer des séances de sophrologie en foret.  J’ai donc créé un parcours sophrologique et ludique qui vous permettra de découvrir la sophrologie sous un nouvel angle et de vivre l’harmonie corps-esprit-nature qui est en vous.

Amitié sincère et transformation de soi

L’amitié est vraiment très rabaissée à notre époque. Il y a des potes, des connaissances, des collègues… avec certains travers comme l’inauthenticité, la critique, le manque d’intérêt pour l’autre (qui est grandissant !).

Sans parler des « amis facebook » ! Cela m’a effrayé d’apprendre que certaines personnes pensent qu’un « ami » sur un réseau social est un vrai ami ! Et combien de fois dans la journée ne voyons-nous pas des soi-disant amis, être ensemble et être le nez sur leur portable ?! L’intérêt pour l’humain se dégrade à une vitesse ! Pour celui à qui il reste un peu de conscience et de cœur, trouve cette situation alarmante !

C’est ce qui m’a motivé à écrire sur ce sujet. Valoriser et témoigner de ce qui peut être vécu, sera une manière de défendre cette valeur humaine magnifique qu’est l’amitié.  L’amitié vraie peut être une véritable source de bonheur partagé et vécu au cœur de sa démarche évolutive et spirituelle.

La démarche évolutive intérieure, est une démarche de cœur et qui met l’esprit en relation avec son Âme. L’esprit se connecte à son Âme et donc au Ciel, au monde spirituel. Il y a donc un choix : à quoi et à qui je me connecte ?! « Vivez connectez » : oui, mais à vous même, à votre conscience et à votre Âme !

Du coup, cette démarche intérieure et la quête de la vrai amitié et ses expériences ne peuvent être vécu que hors du réseau et protégé du réseau !

Qu’est-ce que l’amitié pour moi ?

Pour moi un vrai ami c’est : un monde d’expériences et d’intimité, de partage autour de valeurs communes. Passer des relations affectives, à la vrai amitié, a été un changement radical de perception et d’expériences. Cela n’a rien à voir avec les relations ordinaires, ce n’est pas le même monde ! Et découvrir cette aventure a été le fruit de toute ma démarche intérieure méditative. Comme si se rencontrer Soi, le vrai soi… attire d’autres être en résonance. C’est de l’amour, c’est magique !

Je vais vous partager quelques pistes possibles de travail sur soi, qui permettent d’accéder à de belles relations, profondes et même spirituelles.

La première clé afin de former une amitié sincère c’est de travailler à être soi-même très sincère.

La fidélité, fruit de la sincérité

Ce travail peut aider à inverser la vapeur par rapport au fonctionnement des relations ordinaires, qui sont basées sur l’attente que l’autre soit « tel que je le veux ». Et s’il ne le fait pas je boude ! Ou d’avoir le comportement qui correspond à ce qu’attend l’autre, pour lui faire plaisir. Mais dans ce cas je me renie !

Être sincère revient à demeurer le plus possible fidèle à soi-même, son cœur. Et faire demeurer la fidélité en soi, va engendrer une fidélité relationnelle. Hé oui, car souvent on souhaite que notre ami soit fidèle non ?! La fidélité est souvent associée à l’amitié. Or la clé pour que cette fidélité de l’autre soit effective, c’est d’être soi-même un être fidèle.

On peut souhaiter aussi que l’autre soit : respectueux, honnête, authentique, que ses actes soient le reflet de ses pensées et de ses dires… Tout ceci nous ramène à des qualités découlant d’une certaine fidélité, mais avant tout de SINCÉRITÉ. C’est elle la source de tout.

Voici une citation de la Mère sur la sincérité :

« La sincérité, c’est la sauvegarde, c’est la protection, c’est le guide, et finalement c’est la puissance transformatrice. »

La sincérité, moteur de transformation de soi

Dès lors que l’on entame une démarche évolutive, d’éveil, de travail sur soi, de transformation de soi, connaissance de soi… on peut appeler cela comme on veut… c’est la sincérité qui sera le moteur de transformation vers les plus belles éclosions intérieures et renaissances.

Et évoluer vers plus d’amour ou dans le courant de sa vie demande régulièrement des renaissances individuelles et relationnelles (professionnelles aussi parfois).

A mesure que la sincérité individuelle est bien intégrée à sa vie, on va naturellement l’intégrer dans ses relations amicales. De toute façon quand on exerce la sincérité vraiment, ça fait le ménage ! hihi !

Sincérité relationnelle ou sortir de l’illusion

Les grands sages le disent : la clé du bonheur est de sortir de l’illusion !

Sortir de l’illusion permet l’initiative à des changements, oser, s’avouer, sortir de sa zone de confort, agir… C’est la liberté de l’être qui s’exprime dans toutes ses possibilités ! Cela nécessite certes, des efforts, du courage, de l’honnêteté ! Ces efforts de sincérité sont des clés essentielles permettant de déchirer les voiles illusoires.

Et être sincère, est parfois si simple ! Et cela peut être dans un moment de prise de conscience face à soi-même ou face à un évènement de notre vie qui nous secoue ou bien avec un ami.

L’amitié peut être un vecteur de force de sincérité !

et donc une clé essentielle pour sortir de l’illusion sur soi-même ou sa vie. Pour celui qui aspire à évoluer au sein de notre monde moderne, rien ne sert d’avoir le rêve de la vie dans une grotte ou dans une montagne de l’Himalaya ! Votre ami le plus proche peut être votre montagne pour vous aider à prendre de la hauteur, et permettre au soleil de votre conscience de vous éclairer.

Intimité, confiance et prises de consciences

Cette notion d’amitié sincère et transformatrice est un sentiment humain que nous avons tous pu vivre à un moment donné. Souvenez vous peut-être d’un moment d’intimité et de confidence avec votre meilleur ami par exemple… Ce moment hors du temps ou vous vous avouez – à l’autre et à vous-même ! – que telle situation ne vous conviens pas : « j’ai peur de la changer alors, c’est vrai que je mets un verni pour me convaincre que ça va aller...  »

Et c’est à ce moment-là, de sincérité, de profondeur que des réponses, des prises de consciences peuvent apparaitre comme un éclair !

C’est comme si la relation sincère était par elle-même créatrice de solutions !

Des solutions qui s’ouvrent de manière limpide et un état d’être serein, une paix profonde s’installe en nous, nous confirmant le sentiment que cela est la juste voie à suivre… Comme si ce chemin qui s’ouvrait en soi était comme si l’on faisait déjà entrer le futur en soi. C’est comme si c’était fait ! Et il n’y a plus qu’à agir fidèlement à ce que nous avons senti, vu, compris.

C’est en ce moment d’éternité, que l’on peut vivre la pleine conscience de soi tant recherchée ! C’est un état d’être qui rend vivant, joyeux et qui nous ouvre à la bienveillance de la vie et des relations humaines. Et oui, la sincérité peut être libératrice, mais rien n’égale la richesse des belles relations humaines basées sur l’écoute et le partage de cœur.

Et cela est impossible a vivre en ayant le nez en permanence sur son iPhone!!

Elisa Commarmond sophrologue

L’art du questionnement ou l’art d’être Libre

Certaines périodes de la vie nous poussent à nous questionner et nous ressentons qu’il est vital d’aller en nous pour trouver des réponses. Mais comment faire, par où commencer ?

Écouter son cœur

Il est important de ne pas se mettre de dogme et d’écouter ce qui nous motive : nos appels de cœur. C’est une grande clé pour que la joie accompagne la démarche intérieure. Travailler sur soi, c’est pas obligé d’être un truc sérieux et austère !

Mais, si l’on y pense (c’est le cas de le dire hihi) on se rend bien compte que tout part de la pensée. C’est elle qui élève tout : notre conscience, notre lien à notre être, notre cœur, notre âme.

Elle élève, éclaire, libère et ouvre le cœur… Elle peut tout ! Sans elle, rien n’est possible !

Au niveau de notre corps physique nous voyons bien que la tête est au sommet du corps ! Pour arriver à un sommet, il faut viser le sommet en ayant des buts… pensés ! Or lorsque l’on ne fait aucune démarche de maitrise de sa pensées, nos pensées ou plutôt « mental » partent dans tous les sens. Il passe d’une chose à l’autre et est attiré par toutes les sollicitations du monde extérieur (surtout les écrans !). Un mental non maitrisé est en fait au prises avec notre nature égoïste et est davantage enclin à la critique des autres, a voir le négatif, à l’inauthenticité, l’hypocrisie. Le livre d’Eckart Tollé « Le pouvoir du moment présent », décris avec une grande justesse ce processus du mental négatif. Cela donne vraiment envie de se maitriser un peu plus !

Choix et liberté

Commencer une démarche intérieure pour devenir meilleur, demande beaucoup de courage pour sortir du troupeau, car dans le monde d’aujourd’hui personne ne nous le demande. Au contraire ! Critiquer, déverser sa colère, râler tout le temps et être inauthentique… est un comportement considéré comme normal !

Nous avons tous le choix. Ce que l’on fait de nos pensées nous appartient. Nous sommes libres de les laisser aller à la critique, la bassesse, la dispersion, l’influencabilité ou bien de la maitriser, la rendre libre, discernante, concentrée, ouverte au positif (sans naïveté)…

L’usage que l’on fait de sa pensée repose sur un choix libre !

En effet, personne ne peut vous obliger à penser réellement (non intellectuellement). On peut par contre vous inciter à ne pas vous prendre la tête, ne pas trop penser, ou à zapper sur des doudous technologiques… Et pourquoi ? … Je vous laisse réfléchir 🙂

Nous avons tous le choix et tout choix implique de réfléchir sur les conséquences qu’ils impliquent : « qu’est-ce que ce choix implique-t-il dans ma vie ? Dans la vie des êtres qui m’entourent ? Sommes-nous interdépendants ? Comment mes choix  influent sur le monde qui m’entoure ? Comment mes choix déterminent le futur ? Mon futur et celui de l’humanité ? »… arg, oui la liberté est souvent associée avec la responsabilité !

A ce stade de questionnement, c’est l’aventure qui commence !

Elle commence, car le questionnement est le signe que quelque chose se réveille en soi : une étincelle, de la vie, l’esprit…. peu importe comment on appelle cela ! Se questionner est un art passionnant et qui peut réveiller de nombreuses forces en soi, des forces volontaires, des impulsions, des idées, des belles pensées (ce n’est plus le mental à ce stade), des ressentis d’ouverture du cœur et des valeurs qui nous enflamment. C’est essentiel !

Le questionnement en sophrologie

En sophrologie, l’art du questionnement est pratiqué lors de certaines séances spécialement conçues pour cela : « la rencontre avec l’animal fétiche » ou « rencontre avec le vieux sage ». Le 2e cycle de sophrologie, qui s’appelle le cycle radical, à pour essence ce questionnement : la question radicale. A la fin de chaque techniques, nous posons une question profonde, existentielle à l’intérieur de soi, sans forcément attendre de réponses tout de suite. Une question radicale est une question qui va à l’essence des choses et  le fait de se la poser sincèrement au plus profond de soi, mobilise l’essence intérieure de l’être… et le transforme. Un jour une réponse peut venir, mais ce n’est pas l’important.

En résumé

L’art du questionnement est essentiel dans la démarche intérieure. Elle permet de passer du mental, à la pensée. La maitrise de ses pensées permet de faire des choix avec davantage de maturité et conscience. Et ce seront ces choix qui déterminerons la qualité de nos actions et de nos comportements avec les autres humains.

Ce n’est pas anodin car nous vivons à une époque ou les actions humaines sont remises en question quand à leur capacités destructrices de l’environnement humain et de la nature ou créatrices d’un futur viable pour tous (humain, animaux, nature).

Gandhi ne disait-il pas : « Soit le changement que tu désir voir dans le monde »

Très belle phrase à méditer, qui peut donner un sens à ses efforts de pensées et d’amélioration de soi !

Elisa Commarmond – sophrologue & ostéopathe